À l'épicerie sans stress : beurre ou margarine? Faisons le point...partie 5

Faisons le point...du cinquième chapitre du livre "À l'épicerie sans stress : beurre ou margarine?" par Geneviève Nadeau.

 

Chapitre : Les Aliments et produits transformés

 

Manger des produits transformés n'est pas en soi catastrophique ni une mise en péril immédiate de votre santé. Sans stress inutile tout est question de quantité et de fréquence d'autant plus que certains produits transformés : yogourts, pains de grains entiers...sont très nutritifs. La conduite la plus simple reste celle de lire les étiquettes et comme bien souvent plus la liste est courte moins l'aliment a connu de transformation.

 

Le sel appelle le sel...et les aliments transformés en contiennent beaucoup. Bien que les politiques de santé publique en matière de nutrition agissent de sorte que les quantités ajoutées diminuent il reste encore des produits trop voir excessivement salés dépassant largement le seuil maximal conseillé pour la santé. Il vaut mieux alors consommer des produits sans sel ajouté ou à défaut pauvre en sel.

 

Le glutamate monosodique (GMS) est un rehausseur de goût. Santé Canada le définit comme sécuritaire consommé en petite quantité. A noter que certaines personnes y sont intolérantes donc à surveiller.

 

Glucose, sirop de maïs, fructose, miel, mélasse...autant de termes qui ont en commun le mot : sucre. Leur présence dans un aliment signifie que ce dernier est additionné de sucre donc encore une fois à surveiller notamment pour les personnes diabétiques.

 

Tous les gras ajoutés ne se valent pas entre les "bons" et les "mauvais" gras : huile d'olive, de canola (colza) seront "bonnes" alors que l'huile de shortening, l'huile végétale hydrogénée seront à éviter car étiquetées "gras trans"

 

Les édulcorants consommés en petites quantités ne posent pas de problème en revanche consommer excessivement il peuvent être néfastes pour la santé.

 

Les aliments enrichis : fibres, protéines...sont de bonnes alternatives mais il n'en reste pas moins qu'il vaut toujours mieux dans la mesure du possible manger des aliments frais : légumes, grains entiers pour ce qui est des fibres (par exemple), poissons, viandes, œufs, légumineuses ou produits laitiers pour ce qui est des protéines.

 

Dans le même ordre d'idées que les paragraphes précédent la consommation d'aliments contenant des colorants artificiels ne pose pas de souci à partir du moment où cette dernière est raisonnable et sans excès.

 

La conclusion de ce cinquième chapitre rejoint les précédentes. Pas de stress, juste du bon sens et de la raison :-)

 

Bonne appétit



07/03/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 169 autres membres