Gare à l'obsession des régimes alimentaires : article de presse

 

Vous trouverez comme lecture ci-dessous un article de presse paru sur le site d'information québécois : www.cyberpresse.ca/le-soleil.

Un petit rappel sur l'obession des régimes qu'ils soient post fêtes de fin d'années pour pré-vacances estivales...

Bonne lecture

"(Québec) Le scénario est classique: le début d'année étant consacré temps idéal pour les «bonnes résolutions», le thème des régimes alimentaires s'impose avec force dans les médias depuis quelques jours, accentué de surcroît par un sondage situant l'obésité en tête de liste des préoccupations des Canadiens en matière de santé. Et si cette obsession par rapport au poids était aussi néfaste que le mal que l'on veut combattre?

Où que l'on surfe sur le Net, les photos de beaux ventres plats et d'annonces prometteuses quant à leurs résultats attirent l'oeil. Il y a pourtant déjà quelques années que de nombreux spécialistes s'acharnent à renverser le discours et à crever la balloune de la solution miracle. Mais de toute évidence, l'illusion continue de fonctionner à plein... régime!

«C'est effectivement désolant de voir des gens se faire avoir avec des méthodes tout à fait inefficaces et même nuisibles pour la santé», souligne Fanny Dagenais, directrice de l'organisme sans but lucratif ÉquiLibre, un groupe d'action sur le poids et l'image corporelle.

Il a été amplement démontré que la seule façon véritablement efficace et saine de gérer son poids passe par un changement graduel (la notion est importante) des habitudes de vie, tant sur le plan de l'alimentation que de l'exercice, dit-elle.

Pourtant, les marchands de mirages continuent de faire des affaires d'or, avec le soutien de lois qui ne sont aucunement favorables aux consommateurs. «Ils n'ont pas à prouver l'efficacité de leurs produits quand ils écrivent qu'ils font perdre tant de livres», déplore celle qui est aussi nutritionniste.

Pour que la perte de poids se situe au niveau de la graisse, elle ne doit pas être de plus d'une demie à deux livres par semaine, alors qu'une perte rapide s'explique par une perte d'eau, d'où un danger réel de déshydratation, ou de masse musculaire, rappelle Mme Dagenais.

Le pire, c'est que cet attrait pour le corps parfait repose sur un immense mensonge, celui de l'unicité des silhouettes. Or, de tout temps, les corps ont été diversifiés. Moins de 5 % de la population correspond d'ailleurs aux canons actuels de minceur. Et s'il est vrai que l'alimentation et le niveau d'exercice ont un effet sur le poids, il existe d'autres paramètres sur lesquels les gens n'ont aucun contrôle, la génétique en tête.

En outre, il est faux de croire que la volonté peut nous amener aux résultats désirés, soutient la directrice d'ÉquiLibre. Les personnes ayant expérimenté les régimes à répétition en savent quelque chose : lorsque l'effet yo-yo s'installe, le corps ne réagit absolument plus comme la logique le voudrait. En outre, tout cela est sans compter sur les conséquences psychologiques de cette quête sans fin.

Choisir de maigrir?

Pour contrer la tendance, l'organisme a mis sur pied un programme pour femmes présentement en voie d'implantation dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS). Choisir de maigrir? a pour but à la fois de développer l'esprit critique des participantes et d'identifier leurs motivations sous-jacentes à vouloir perdre du poids.

D'une durée de 45 heures, le programme permet également à chacune d'apprendre à reconnaître ses propres signaux de faim et de satiété. «On les a tous en naissant, mais avec le temps, ça devient difficile de les reconnaître.» Qui n'a pas succombé à une bonne odeur de pain chaud ou à une pub à la télé alors qu'il n'avait pas faim?

ÉquiLibre travaille présentement à un programme pour les hommes qui serait offert dans les milieux de travail, puisqu'ils sont plutôt réticents à fréquenter les CSSS. L'organisme est également associé de près à la démarche de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée et à son tout récent plan d'action.

En elles-mêmes, la Charte et son plan d'action sont de bon augure pour l'avenir. «Vous m'auriez dit il y a cinq ans qu'on aurait ça et je ne l'aurais pas cru!» s'exclame Mme Dagenais, tout en reconnaissant qu'il reste encore beaucoup de travail.

Pour en savoir plus sur cette approche, voir le site d'ÉquiLibre, www.equilibre.ca, et celui de la Charte, www.jesigneenligne.com"



08/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 169 autres membres