Partager ma finale avec vous : partie 2

Le jour J en 3 lettres : P – P – P

P comme pesée. Elle est prévue entre 8h00 et 10h00. Nous arrivons parmi les premiers au Gymnase Romée de Villeneuve Loubet. Un par un sur la balance avec au fond de nous l'excitation du moment. Nous sommes au départ tous finalistes mais il n'y aura qu'un seul champion de France par catégorie. Le plus important est d'être sur le podium. La pesée se fait en tenue de scène, le dossard nous est remis. Pour ma part la balance affiche 76,4kg. L'épisode de la veille a laissé des traces.

P comme patience. Une pesée à 8h00 et une journée qui s'annonce longue…très longue. Gérer l'attente, l'éventuel stress, la patience est alors notre meilleur allié. Rester concentré sans pour autant se focaliser toute la journée au risque de perdre beaucoup d'énergie psychique. Savoir gérer son repos, sa récupération. Allongé les jambes en l'air contre un support…la position de repos de beaucoup d'athlètes. Discuter un peu, prendre l'air, chasser les soucis, trouver la compagnie qui positive la situation, regarder les potes qui concourent dans les autres catégories…Attendre le moment et doucement monter en pression. La dernière heure et demi est animée : étirements, mise de tan, échauffement, concentration, visualisation…

P comme " posing " Dix athlètes composent la catégories des –80kg. J'ai le dossard 59 et entre sur scène le premier. La gorge est sèche, il fait très chaud, la sueur coule à grosses gouttes. Il faut tenir, ne rien lâcher. Quelques minutes sur des mois de préparation ce n'est rien. Les poses s'enchaînent, les juges demandent trois comparaisons et je suis appelé à chacune. Dans le public quelqu'un crie " Allé Pierre t'es pas fatigué " , je reconnais cette voix : mon père. D'autres encouragements s'élèvent et me portent, je me donne à fond. L'esprit sur scène est au jeu. Nous rigolons entre athlètes , nous prenons plaisir, je suis bien, je suis épanoui, je suis heureux d'être là et de participer au jeu. Le " posing " libre est un pur moment de plaisir. Il ne dure hélas qu'une minute, il faut en profiter et je m'éclate.

A la descente de scène l'émotion me submerge, tant de choses remontent à la surface : l'annonce quelques semaines plus tôt par Sylvie de la fin de notre relation, le pied de nez fait au passé, l'épisode de la veille au dessus de la cuvette, les paroles blessantes que certains m'ont écris quelques jours avant le concours, l'aboutissement d'une préparation menée sérieusement de bout en bout, l'impression de franchir une ligne d'arrivée, l'impression d'avoir été porté par les yeux noisette d'un " Snikers ", des yeux discrets mais tellement important…

Les jeux sont fait, reste à attendre le résultat...

(message aux visiteurs : pas de mise à jour demain samedi 17 mai 2008)



16/05/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres